Comment la PNEI peut améliorer notre vie quotidienne ?

Publié le par Aspu

Comment la PNEI peut améliorer notre vie quotidienne ?

Découvrez la méditation PNEI c’est un outil important qui permet d’apporter un mieux-être à chaque cellule de votre corps. Les cellules savent ressentir les émotions de manière positive ou négative.

 

L'acronyme PNEI signifie Psycho-Neuro-Endocrino-Immunologie. Il englobe et définit l’équilibre entre l’esprit et le corps. Il nous fait comprendre comment cet équilibre est délicat et affecte notre santé. Nous savons maintenant combien la santé dépend de notre mode de vie.

 

Ce mode de vie  englobe le régime alimentaire, la qualité de la nourriture, mais aussi nos émotions, nos pensées, la façon dont nous réagissons aux situations de la vie. 

 

Chaque personne contient un monde complexe et merveilleux qui a le pouvoir de choisir ce qui est bon pour elle. Elle a le pouvoir de prendre le contrôle de sa vie et de choisir la route qui lui convient le plus. Quel programme !

 

Qu'est-ce qui nous aident en cela? 

La méditation est l'un des outils les plus efficaces pour se connecter à nous-mêmes. Sur le plan physique, de nombreuses études ont montré que pendant une méditation notre rythme cardiaque ralentit, l’oxygène qui pénètre dans corps est moindre, le système nerveux se rapproche d’un état ressemblant au sommeil. Par ces manifestations, la méditation affecte fortement l'équilibre psychologique hormono-neurologique pour influencer l’immunité. Les dysfonctionnements cérébraux tels que ceux de l'hypothalamus peuvent affecter le système endocrinien, qui à son tour peut provoquer des symptômes psychiatriques. Un meilleur équilibre entre les fonctions biologiques amplifie les capacités de l’immunité en général et donc la gestion des stressors. Toute cette mécanique nous permet de faire les bons choix pour notre vie dans la réalité de la matière.

 

 

Voyons comment la PNEI peut nous aider :

Les travaux de recherches successivement fait par Hans Seyle sur la compréhension du stress, ceux de Roger Guillemin avec la découverte des neurohormones (appelées aussi neurotransmetteur ou neuropeptide), ont mené Candace Part à affirmer que l'être humain est comme un réseau d'information complexe. Il soutient que le concept de division entre l'esprit et le corps n'est plus à considérer. A travers des bases théoriques et expérimentales, on s’aperçoit, chaque jour un peu plus, que le corps est un ensemble. La pensée holistique doit être prise en compte. C’est par ce nouveau prisme que les sciences sociales, sanitaires et économiques doivent lire le monde qui s’ouvre à nous ! 

 

Avec les plus récentes découvertes sur les molécules d’informations, il a été démontré que non seulement les messages hormonaux et métaboliques sont transmis à chaque cellule mais qu’il en est de même pour nos émotions. On doit comprendre dès lors qu’un état émotionnel de l’être comme la peur, la joie, la colère, le plaisir ou la douleur a une influence certaine sur la cellule. 

 

Cela signifie que chaque cellule de notre corps ressent une émotion !

 

Une méditation quotidienne affecte-t-elle le bon fonctionnement de tout l'organisme ? 

 

Les techniques de méditation basées sur les fondements scientifiques de la PNEI visent à atteindre un objectif d’état de bien-être. En cherchant à observer sa psyché personnelle par une sorte d’introspection involontaire, le méditant intègre des stressors plus ou moins bien vécus. La plastique neuronale présente dans l’ensemble de notre corps permet de « digérer » les stessors qui engendrent des dysfonctionnements psychiques et physiques chez le sujet. Les neurotransmetteurs vont permettre ce travail interne sans être confrontés à des événements nouveaux. Petit à petit, au fil des séances plus ou moins longues et intensives, se mettra en place un équilibre plus performant. C’est la gestion de la vie courante qui sera optimisée. 

 

Les équilibres hormonaux sont la première pierre qui favorise un bien-être propice à un état de santé optimal. Il est question de limiter les effets des stressors négatifs en augmentant les capacités de fonctionnement de l’organisme. A côté d’une alimentation saine et raisonnable, une pratique d’exercices physiques réguliers et une activité socialisante, la méditation apportera une sérénité particulièrement bienfaisante pour tous et à tout âge.  

 

Méditation « PNEI » comment la pratiquer :

Il est conseillé de s'installer quelques minutes dans le silence et le calme. En s’installant dans une position assise confortable, on fermera les yeux. L'objectif étant de se centrer sur soi-même. 

Après quelques respirations profondes par le nez, suivies d’expirations violentes par la bouche, un certain calme s’installe. Ensuite, on se mettra à l'écoute de son corps pendant quelques minutes sans intention particulière. Il suffira de se concentrer sur sa respiration le plus tranquillement possible, mais sans apnée. 

 

Au bout de quelques minutes de cette première phase, il conviendra de laisser venir ses pensées et leurs images sans vouloir si accrocher ni y réfléchir. Pendant ce deuxième temps, il est question de laisser le corps et l'esprit fusionner. Cette phase peut durer plusieurs minutes suivant le moment et la personnalité de chacun.

 

Ensuite arrive la troisième phase, celle du vide ! Pendant cette phase le corps et l'esprit sont en communion interne.  Nous entrons alors dans la période constructive de la méditation. En contactant mentalement le vide sidéral, nos cellules se régénèrent en améliorant leur fonctionnement interne. Cette troisième phase peut durer de nombreuses minutes suivant les circonstances de vie de chacun. 

 

Il ne faut pas oublier que la méditation est un acte thérapeutique particulièrement efficace mais il n’est pas question d’en faire une pratique trop soutenue car, comme en tout, il faut respecter un équilibre. Celui-ci étant particulier à chacun, il conviendra d’expérimenter chacun à son rythme. 

Lecteurs et lectrices sachant lire, je vous salue et bonne méditation !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article