Mes 10 raisons pour lesquelles (1)

Publié le par Aspu

Mes 10 raisons pour lesquelles (1)

Mes 10 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas injecter le vaccin anti-covid

Bonjour à vous ;

 

Je me dois d’être, en ce début d’automne 2021, de plus en plus « vaccino-prudent ».

 

Vous êtes nombreux-ses à m’avoir demandé mon avis sur le(s) vaccin(s) anti-covid, je vais donc préciser ma position (actuelle) par un écrit sur le sujet. Je me suis aperçu au cours des discutions que nombre de mes interlocuteurs-trices ne s’étaient informés que partiellement voir partialement. J’attribue ce phénomène à la « peur archaïque de la survie ». Ce phénomène est le plus répandu chez l’homo sapiens que nous sommes tous. Nous savons que cette « peur archaïque » n’est pas facile à évincer de nos raisonnements puisque c’est grâce à elle que nous avons survécu jusqu’ici sur cette planète. Bref, les discussions sur ce sujet ne sont jamais simple dès que l’on touche à ces phénomènes archaïques. Je note en préambule que cette peur touche autant les pro-vaccins que les anti-vaccins, ceci démontre bien que tout est bien compliqué. L’esprit critique ne permet donc pas tout.

 

Comprenant dès-lors à quel point ce sujet est controversé, j’ai cherché à comprendre plus avant la position des uns et des autres sous l’oeil de la psychologie évolutive qui s’intègre à la science qu’est la Psycho-Neuro-Endocrino-Immunologie. Je m’exprimerai ici qu’a titre personnel et surtout de manière large en cherchant à m’extirper des discussions/informations trop unilatérales.

 

Comme d’habitude, je promets de faire de mon mieux pour être raisonnable et non-hystérique. Je ne suis pas ici pour me battre avec qui que ce soit, mais simplement pour vous faire part de ce que j’ai lu et compris, de mes questions persistantes et vous expliquer pourquoi je n’arrive pas à donner un sens à ces vaccins anti-covid.

 

Voici donc les 10 raisons pour lesquelles je fuis les pseudo-vaccins contre la Covid-19.

 

1- Non respect du principe de précaution :

 

On nous a rabâché le sacro-saint principe de précaution à toutes les sauces ces décennies dernières. Le principe de précaution avait une vertu salutaire à la base, mais la dérive intellectuelle de nos élites a eu comme conséquence la guerre économique et cyber-sphérique avec des acteurs soit borgnes soit menteurs ou encore pervers.

 

Doucement bercé par un langage ronronnant d’une diplomatie douteuse, nos élites se sont engouffrées dans un dédale pervers, fait de discours et d’actes en dissonance totale : « faite ce que je dit, ne faite pas ce que je fais » pourrait bien être la formule du jour. Bref, du « principe de précaution » nous sommes passés à l’ « action sans précaution ». Le manque certain de maturité intellectuelle et humaniste de nos élites, grave chaque jour des lois et des décrets délétères pour 80% de la population mondiale. Le nombre de milliardaire a triplé en 10 ans et en France seulement 3 à 5 % de la population spécule sur les matières premières comme le blé, l’acier, etc … Ils spéculent comme des « cochons" sur le dos de l’humanité. L’idée est de faire du fric ni plus ni moins, alors les drogues officielles ou non sont d’excellents supports. L’hypnose collective s’appuie sur des ressorts entre le bénéfice et le risque. Mais qui fait les comptes sinon ceux qui ont des intérêts  corporatistes à défendre. Drôle de principe de précaution ne croyez-vous pas ? Dois-je faire confiance à une élite aussi peu respectueuse des concepts qu’elle met en exergue ? Il semblerait même qu’il y a plus d'accidents provoqués par les vaccins anti-covid que par tout autre programme de vaccination dans l'Histoire. Il y a bien un non-respect ni du principe du précaution ni de l’équilibre bénéfice/risque. Alors ….

 

Nous vivons sans doute une séquence particulière de notre belle histoire humaine, nous nous dirigeons vers des changements de système politico-économico-sanitaire dictés par les lois de la nature.

 

2- Une science basée sur du faux :

 

L’incroyable dérive du monde scientifique depuis des décennies est la preuve d’un comportement déplorable de notre civilisation. Les scientifiques s’enorgueillissent de disciplines basées sur un dysfonctionnement inadmissible de leurs institutions. Il ne s’agit pas là de qualifier seulement le monde de la santé mais bien de  toutes les activités scientifiques. Tous les systèmes sont touchés de plein fouet par cette gangrène. 50% des articles dit « scientifiques » publiés dans des revues à comité de lecture sont faux. Et que dire, dans ce contexte des articles dont la parution est refusée sans explication. Dérangent ils trop ?

 

On assiste à toutes les dérives dans toutes les sciences, comme si on était retombé dans la période la plus sombre des oppositions religieuses.

 

La société actuelle est tellement schizophrénique qu’on y trouve tout et son contraire. Il a même des gens qui pensent qu’il est possible de coder toutes les informations de nos neurones pour les inscrire sur des clefs USB !… Vont-ils cohabiter joyeusement avec ceux qui prônent la décroissance ?

 

La prise de conscience collective du dysfonctionnement du monde sanitaire n’est qu’un discours d’inaction. Aucun dirigeant de ce secteur n’a envie de faire évoluer les compétences des médecins comme des thérapeutes alternatifs. C’est une catastrophe liée à la structure élitiste de notre société. Nous devons admettre que nos élites d’aujourd’hui  sont les plus mauvaises de tous les temps. Alors qu’ils se croient rigoureux, exhaustifs et même transparents, nos scientifiques se sont enfermés dans une cathédrale de mensonges et d’incohérences.

 

Mais il y a encore pire. La seule industrie au monde qui n’a pas de responsabilité  quant à ses produits est celle de industrie pharmaceutique. Les fabricants de vaccins ne peuvent pas être poursuivis, même s’il est démontré qu’ils ont été négligents. La fabrication de vaccins anti-covid est autorisée à créer un produit, sans aucun test sur des sous-populations comme les diabétiques, etc… Précaution élémentaire en bonne pratique scientifique.

 

Par le passé, les compagnies pharmaceutiques ont choisi délibérément de mettre sur le marché des produits nocifs, alors qu’elles savait qu’elles pouvaient être poursuivies. Pourquoi ferions-nous confiance à un produit pour lequel elles n’ont AUCUN recul sinon des échecs sur cette technique ARNm qui plus est, si ils sont exonéré du risque juridique sur les produit qu’ils fabriquent ?

 

C’est fabuleux !!! Peut-on faire confiance à ces fabricants comme aux organismes qui devraient contrôler ce milieux de mafieux d’ailleurs ?

 

Pas de responsabilité. Pas de confiance. Comment faire, dans ces conditions, pour accepter quoi que ce soit comme un pseudo-vaccin sans exercer son esprit critique. La science a-t-elle encore quelques révolutions à faire, j’en ai bien l’impression et vous ? Et dire que nos politiciens s’appuyant sur cette « science », laissez-moi rire !

 

3 : L’histoire ubuesque des tentatives de fabrication de vaccins contre les coronavirus

 

C’est une longue histoire qui commence dans les années 1960 avec une tentative désastreuse de vaccin contre le VRS (virus respiratoire syncytial) pour les nourrissons. De nombreuses tentatives de fabrication de vaccins viraux, pour le SIDA par exemple, se sont soldées par des échecs totales.

 

Après 2000, les scientifiques ont fait de nombreuses tentatives pour créer des vaccins contre le coronavirus. Mais, toutes se sont soldées par des échecs. Les animaux participant aux essais cliniques sont tombés malades et sont morts. Là encore je me demande comment faire confiance à ce joli monde pharmaceutique et consort. Car il faut bien le reconnaitre que ce soit du petit pharmacien d’officine aux grandes firmes pharmaceutiques, il n’y a forcement des corrompus, des profiteurs, des malvoyants chronique, incapable d’avoir un esprit critique sur leur propre métier. Affligeant !!! Comment leur faire confiance ….

 

Le cadre institutionnel les rassurent tous du plus petit au plus grand. Ils font partie de la « Machine » et ce volontairement. C’est la trace du besoin de rasurrance du féminin et de la frustration pour le masculin. C’est un principe de base du fonctionnement neuron-hormonal dont parle la P.N.E.I. L’Ordre rassure, conforte, ne sortons pas du cadre sous peine d’exclusion définitive. Alors vaccinons puisque l’Ordre le dit ….. Comment faire confiance dans ces conditions ?… Deviendrais-je « vaccino-séptique » ?

 

4 : Le passé mouvementé des fabricants de vaccins

 

Les grandes entreprises qui fabriquent ces vaccins anti-covid ont des « dossiers » déjà bien lourds. Certains n’ont même jamais mis de vaccin sur le marché avant celui de la Covid (Moderna et Johnson & Johnson).

 

Tous les grands fabricants de vaccins (sauf Moderna) ont versé des dizaines de milliards de dollars en dommages et intérêts pour d’autres produits qu’ils ont mis sur le marché alors qu’ils savaient que ces produits pouvaient causer des dégâts allant jusqu’au décès : VioxxBextraCelebrexThalidomide et les opioïdes, pour ne citer que quelques exemples.

 

Compte tenu de l’exonération de responsabilité et du passé douteux de ces entreprises pharmaceutiques, pourquoi devrais-je supposer que tous leurs vaccins sont sûrs et fabriqués dans les règles de l’art ? Pourquoi ferions-nous confiance à des institutions comme la Haut Autorité de Santé ou les ARS qui ont déjà faillit tant et tant de fois ?

 

Pourquoi fais-je confiance à ces firmes et ces organismes qui ont ce genre de comportement ?

 

5 - L’arnaque des courbes et des analyses politiques.

 

C’est peut-être la question centrale de cette pandémie. On peut même estimer qu’elle est orchestrée de main-de-maître par une horde sauvage de manipulateurs pervers.. Rappelez-vous les propos du 15 mars de notre président, élu démocratiquement. On y parle de guerre jusqu’à provoquer une sidération mentale de tout un pays. Rappelez-vous le décompte morbide chaque soir par un personnage directement sorti d’un film d’horreur.

On nous a présenté des chiffres des courbes et des analyses complètement foireuses. Le discours officiel de la nomenclatura dirigeante n’a été et est encore que d’impliquer la soumission par la peur. Combien ont couru à la vaccination pour ne pas avoir peur d’être exclu d’une sortie, d’un festival, d’un travail, d’une séance de cinéma, etc … Bref que des peurs incohérentes avec un esprit digne d’une grande immaturité intellectuelle et surtout sans humanisme. Perdre son pouvoir pour une petite question d’injonction concernant une question de loisir, est-ce juste ? Les injonctions politiques sont violentes oui, mais beaucoup moins que leurs acceptations par « soubition » (soumission + subir = acceptation volontaire ). Dans la situation actuelle des phrases du style : je veux pas y penser, j’ai autre chose à faire, c’est mettre la tête dans le sac en attendant que ça se passe. Le manque de maturité ne serait-il pas effondré avec le développement des certifications diverses et varies, des profusions de formations distillée par des Académies aussi rigides que les religieux du temps de Copernic et Galiléé ?

 

Là encore, à force de matraquage savamment orchestré, nos dirigeants-es savent très bien vendre leurs propres intérêts. Et que penser de nos représentants : députés-ées, de nos syndicats et autres représentant du personnel dans les entreprises, leur mutisme jusqu’ici nous accable encore plus. Sont-ils complices ? « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui regardent sans rien faire » disait Einstein.

 

Il y a danger de totalitarisme social, politique et économique alors, à mes yeux, refuser tout vaccin ARNm est devenu comme un devoir. Il s’agit de ne pas nourrir la Bête qui croit nous gouverner encore longtemps. Notre gouvernement nous ment tous les jours, entre faux chiffres, études scientifiques frelatées, conseil scientifique bourré de conflits d'intérêts, déclarations contradictoires, … etc… etc… Nous nous devons de rester debout. Il faut s’inscrire dans l’opposition pour assécher le terrain des cannibales qui me croient « complotiste » alors que je ne suis que dans la recherche du juste, du vrai, du véritable,  et de l’équilibre.

 

Je n’accepte pas n’importe quoi par le « biais de croyance » bien connu des psychologues. Il s’agit de ne pas accepter une conclusion qui semble logique et crédible sans faire l’effort d’un examen logique et impartial de telle ou telle situation. Evidement il faut être un peu courageux-ses pour s’y coller. Mais nos libertés ne sont accrochées qu’à ce courage. L’avenir de nos enfants n’en vaut-il pas la peine ?

 

Ne soyons pas dupe. Les discours, les chiffres qu’on nous propose n’ont rien à voir avec la réalité du terrain. Alors je ne me laisse pas berner sans mot-dire. Soyons assez courageux pour exercer, chacun à notre niveau, notre esprit critique. Et dès lors, comment accepter ce vaccin qui n’en est pas un, mais par sa conception se rapproche dangereusement d’une manipulation génétique. De plus, j’ai conscience que ce genre de manipulation puisse s’étendre sur plusieurs générations alors comment faire confiance à la piquouze. Que me demande-ton vraiment ? Que nous demande-t-on véritablement ? Rien que cette incertitude me fait froid dans le dos …

 

Les plus résistants aux propagandes ne sont pas nécessairement les plus cultivés, diplômes ou instruits. C’est l’inverse, les Sans-grades sont bien souvent plus réfractaires aux mensonges officiels que les membres de l’élite. La maturité s’éteint en abandonnant le monde de la matière et elle s’oppose, avec le degré d’éducation académique, au sentiment, à l’intuition à la liberté d’entreprendre comme d’être. Se soumettre à la doxa du moment a un prix ! L’implication volontaire ou non aux mensonges dépend du niveau de contradiction sociale dans lequel vit l’individu.

 

Cette situation implique une soumission à l’imposture de la confrérie dans laquelle chacun de nous s’implique plus ou moins. Du coup, l’élite entrecroise le fer avec ses propres chimères jusqu’à accepter une imposture de plus. C’est un cercle vicieux ou tout le monde intellectuel, élitiste est pris au piège. Le plus vulnérable à un mensonge serait bien au premier rang de la classe. Etre bon élève serait alors une croix à porter toute sa vie.     

 

A cet instant, je deviens « vaccino’septique » mais ai-je vraiment le choix ? Et vous, avez-vous fait un choix … Y a-t-il un choix à faire ?

 

overblog considère que cet article est trop long pour lui du coup la suite est : 

http://aspu.over-blog.com/mes-10-raisons-pour-lesquelles-je-ne-me-ferai-pas-injecter-le-vaccin-anti-covid

 

bonne lecture à Vous 

Publié dans P.N.E.I.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article